1000 et 1 livres

Un blog pour partager le plaisir de lire, en toute simplicité. Avis à tous les amoureux de la littérature et des livres...

28 août 2009

1000 femmes blanches

27. "Mille femmes blanches" de Jim Fergus

Mille Femmes blanches : Les Carnets de May Dodd

L'histoire: Fin du 19à siècle aux Etats-Unis: May Dodd est internée dans un asile psychiatrique où elle pense devoir finir ses jours, placée de manière arbitraire par sa riche famille de migrants traditionnaliste et intolérante. Au même moment, Little Wolf "chef et grand homme-médecine" cheyenne rencontre à Washington le président Grant et une délégation du sénat. Il analyse la situation de son peuple de manière très lucide, comprend que l'assimilation est inéluctable et qu'en tant que chef cheyenne, son devoir et de veiller à la survie de son peuple. Aussi, afin de préparer cette assimilation, il propose devant une assistance consternée d'accueillir 1000 femmes blanches auxquelles son peuple s'unira afin que "les guerriers cheyennes puissent loger leur graine de Cheyennes dans le ventre des femmes blanches. Elle s'épanouira dans leurs entrailles et la prochaine génération de nos enfants viendra au jour dans votre tribu pour jouir de tous les privilèges qui y sont associés".

Autant dire qu'à Washington c'est la consternation, mais après mûres réflexions politiciennes et dans le contexte de conquête de l'ouest, le président accepte tout en chargeant secrètement ses sbires de constituer ce contingent en vidant les prisons et asiles psychiatriques. Ainsi May Dodd, trop heureuse de quitter sa prison, rejoint ce drôle de contingent qui s'apprête à rejoindre les "sauvages".

Autant dire que l'intrigue est très étrange et je m'attendais vraiment à autre chose en commençant ma lecture. Très vite malheureusement, mes espoirs sont déçus par l'intrigue amoureuse et romanesque qui lie très vite May Dodd au général de l'armée en charge de mener à bien la "livraison" du convoi de femmes. Je n'ai absolument pas accroché à cette histoire (ce qui se confirmera par la suite). Les femmes arrivent enfin dans le village "cheyenne" et autant dire que la aussi le traitement de leur intégration est très surprenant. Le roman est très très très porté sur l'intégration et les moeurs "sexuelles" des hôtes cheyennes et cette "couverture" devient très vite lourde et lassante. Enfin à presque la moitié du roman on attend enfin quelques "explications" ou découvertes de la culture et des croyances indiennes. Heureusement, cela arrive enfin et l'on peut apprendre et découvrir le mode de vie et la culture de ce peuple en voie d'extinction. Malheureusement, j'ai été perturbée par la rocambolesque histoire d'amour de May avec le général, ainsi que par le caractère de May qui accapare tout le roman en reléguant aux oubliettes tous les autres personnages qui ne font que tourner comme des satellites autour de cette héroïne quelque peu envahissante et un peu mégalo à mon goût.

Bref, heureusement la fin du roman est un peu plus "réaliste" et surprend un peu le lecteur.

Dans l'ensemble, l'histoire m'intéressait au plus haut point, présenté en quatrième de couverture comme un  plaidoyer pour le peuple indien et une condamnation du drame qui s'est joué dans les Etats-Unis du 19è siècle. Au final j'ai été déçue par le traitement de l'histoire ou l'auteur a privilégié le romanesque voire même limite "roman à l'eau de rose". Etrange mélange qui pourtant à reçu l'encensement des critiques et dont une adaptation cinématographique par Hollywood serait en cours.

A suivre...

Posté par Ndiwwa à 10:36 - Romans - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire